Contact pour le
Projet Metropolis :
 

Uttara Chauhan
uttara.chauhan@cic.gc.ca

  Coordonnateur de priorité :
  Jim Frideres
University of Calgary
frideres@ucalgary.ca
  Coordonnateurs de volets :
  Oliver Schmidkte
University of Victoria
ofs@uvic.ca
  Lloyd Wong
University of Calgary
llwong@ucalgary.ca
  Luin Goldring
York University
goldring@yorku.ca
  Antoine Bilodeau
Université Concordia
antoine.bilodeau@
concordia.ca
  Pauline Gardiner Barber
Dalhousie University
pgbarber@dal.ca
   
 
 
   
 

Accueil
citoyennetté

   
 
 


Le contexte communautaire et la participation communautaire dans
les communautés d’immigrants
Par Douglas Baer, Document de travail du Centre d’excellence Metropolis de la C.-B. 08-03

Dans ce document de travail du Centre d’excellence Metropolis de la Colombie‑Britannique, Douglas Baer compare le niveau de participation communautaire des immigrants de la première génération à celui des autres groupes d’immigrants. Les études antérieures se sont principalement penchées sur les différences, entre différents groupes ethniques, en ce qui a trait aux activités bénévoles, et ce, à l’aide de l’auto-identification. La présente étude se penche expressément sur les immigrants de la première génération au Canada et repose sur un sondage (ESG 2003) dont la taille de l’échantillon était suffisamment importante pour pouvoir faire la distinction entre les principaux groupes d’immigrants.

L’auteur conclut que les immigrants qui ne parlent pas français ni anglais à la maison sont beaucoup moins susceptibles de s’impliquer au sein d’organismes bénévoles de tout genre. Même en tenant compte des différences quant à la langue utilisée, le niveau de participation communautaire est moins élevé chez les immigrants originaires de l’Inde, des Philippines, du Vietnam, de la Pologne et de la Chine/Hong Kong. La densité des groupes – la proportion des membres d’une collectivité qui sont des immigrants originaires d’un même pays – est à prendre en compte dans le cas des immigrants du Royaume-Uni, de la Jamaïque et de la Chine/Hong Kong. Pour les deux premiers groupes, le fait d’immigrer dans une collectivité comptant une forte densité de groupe se traduit par un niveau moins élevé de participation communautaire, tandis que pour les immigrants chinois, on peut s’attendre à une participation communautaire plus importante lorsqu’une communauté chinoise est déjà présente. L’auteur allègue que l’intégration sociale prend différentes formes selon le type de communautés d’immigrants et que les politiques en place pour favoriser la participation communautaire doivent en tenir compte.

Document complet (en anglais seulement)


 
 
  Rencontre cassee-croûte
  Charles Ungerleider – Professeur de la sociologie de l'éducation à l’Université de Colombie‑ Britannique ~ Justice sociale et cohésion sociale au Canada

Le 19 Août 2010 ~ Webex Video

 


Protocole d’entente

Vue d'ensemble de la
priorité et questions de recherche

 
 

Mise à jour : March 9, 2011

Accueil | Priorités de politiques | Au sujet de Metropolis | Événements | Publications | Centres Metropolis | Le Pont